Paris - vendredi 21 juillet 2017

Plus de la moitié des expatriés ne sont pas couverts en cas de coup dur

Partagez

53% des Français vivant à l'étranger n'ont pas souscrit de contrats les protégeant contre l'incapacité de travail, l'invalidé ou le décès, d'après une enquête d'Humanis International. Autant par manque de moyens financiers que par méconnaissance.

 

Les Français résidant à l'étranger seraient-ils inconscients ? Selon un sondage réalisé par Lepetitjournal.com et OpinionWay auprès de 1.451 expatriés pour le compte d'Humanis International et rendu public le 20 février, 53% des personnes interrogées ne disposeraient pas d'un contrat de prévoyance. Dans l'Hexagone, ils sont seulement 35% à ne pas être couverts en cas d'incapacité de travail, d'invalidité ou de décès, d'après une récente étude de l'assureur Generali.
A en croire Humanis, les sondés ne bénéficiant d'aucune garantie de prévoyance seraient le plus représentés chez les expatriés sans enfants, les 18-34 ans et les retraités. Contrairement à ce qui se passe en France où les contrats collectifs sont très répandus, les entreprises qui envoient des salariés en expatriation ne souscriraient pas toujours une couverture prévoyance pour eux, a fortiori s'ils sont célibataires. Le développement des contrats de travail de droit local chez les Français expatriés peut également expliquer ce phénomène.

Manque de préparation

Par ailleurs, une partie des étudiants et des retraités partis vivre hors de nos frontières ne s'assureraient pas contre les « gros risques » par simple méconnaissance. 47% des expatriés français déclarent ainsi n'avoir pas du tout préparé les différents aspects de leur protection sociale avant leur départ à l'étranger. Il est vrai que seuls 17% des répondants disent avoir bénéficié d'une assistance de leur employeur sur la question. Tous profils confondus, ils sont 17% à ne pas disposer d'une couverture santé dans leur pays d'accueil ! Pire : seulement 35% des expatriés bénéficieraient d'une assurance d'urgence assistance-rapatriement.
Le facteur économique entre bien sûr en jeu. Mais même s'ils disposaient de davantage de moyens financiers, il n'est pas sûr que nos compatriotes installés à l'étranger penseraient à se couvrir contre les accidents de la vie. Lorsqu'on les interroge sur leur choix avec un budget plus conséquent, 58% d'entre eux opteraient en priorité pour... une couverture retraite.

 

Sur le même thème, consultez l'article : Les expatriés disposent d'un nouveau comparateur santé

 
Publicité

articles les plus lus

Interview
Camille Ejzenberg, responsable du marché de la clientèle internationale chez BNP Paribas

  

Camille Ejzenberg

 

 Le statut d'expatrié ne permet pas de conserver l'ensemble des comptes en France 

Réseaux Sociaux

 
Un site du réseau