Paris - vendredi 21 juillet 2017

Expatrié : première élection des conseillers consulaires en mai 2014

Partagez

expatriés-infographie-consulaires

Les expatriés pourront voter pour la première fois pour les conseillers consulaires et leurs délégués le samedi 24 mai 2014 pour le continent américain et le dimanche 25 mai 2014 pour le reste du monde. L'occasion pour le ministère des Affaires étrangères de rappeler l'importance de ces élections.


En 2012, les Français établis à l'étranger ont pu élire, pour la première fois, 11 députés pour les représenter à l'Assemblée nationale. Les 24 et 25 mai 2014, ils auront la possibilité de voter pour des conseillers consulaires et leurs délégués. Le site France Diplomatie a publié jeudi 13 mars 2014 une infographie pour expliquer le rôle de ces nouveaux élus. Cette nouveauté créée par le ministère délégué aux Français de l'étranger a pour but d'impliquer davantage les expatriés dans leur citoyenneté. Lors des législatives de 2012, leur participation s'était limitée à 20% environ.


Des conseillers consulaires pour quoi faire ?

Institués par la réforme de l'Assemblée des Français de l'étranger (AFE) adoptée à l'été 2013, les conseillers consulaires seront les représentants des expatriés auprès des ambassades et des consulats. Ils pourront également être consultés sur toute question concernant les Français de l'étranger (enseignement, aides sociales, formation professionnelle, etc.). Les électeurs choisiront au suffrage universel direct 443 conseillers pour un mandat de 6 ans. Les candidatures seront déposées à partir du lundi 17 mars 2014. Selon le nombre de Français installés dans la circonscription, le nombre de conseillers pourra varier de 1 à 9. Ils siégeront au conseil des consulaires sous l'égide de l'ambassadeur ou du consul général. Enfin, ces représentants constitueront la majeure partie du collège de grands électeurs chargé de choisir les sénateurs des Français de l'étranger.


Avantage à la droite

Les expatriés Français sont 1,14 million à être inscrits sur les listes électorales en questions. Et à la différence des traditionnelles campagnes qui rythment des élections, ici la couleur politique n'importe que très peu. Les partis de gauche se sont accordés avec le PS et la droite paraît également unie. Loin des querelles de la métropole, les électeurs se préoccupent principalement des problématiques locales. Malgré tout, la droite part grande favorite et devrait conserver son avance auprès des expatriés : actuellement le parti socialiste ne tient que 3 sièges à ce titre au Sénat contre 8 pour l'UMP (12 au total). Cité par le site d'information LaVoixDeFrance.com, un responsable PS avoue que son parti ne se fait guère d'illusion. Pour lui, « ce sera compliqué de faire progresser la gauche (...). La droite a réalisé l'union et tient à obtenir sa revanche après sa défaite aux législatives en 2012. Conserver un tiers des élus, comme c'est aujourd'hui le cas à l'AFE, ce serait déjà une victoire ».

 
Publicité

articles les plus lus

Interview
Camille Ejzenberg, responsable du marché de la clientèle internationale chez BNP Paribas

  

Camille Ejzenberg

 

 Le statut d'expatrié ne permet pas de conserver l'ensemble des comptes en France 

Réseaux Sociaux

 
Un site du réseau